PCF Landes côte d' argent

12 mai 2016

LOI TRAVAIL : MOTION DE CENSURE DE GAUCHE


Mais où sont- ils....
Mais ils sont ou .... nos députés LANDAIS ?


56 députés ont signé pour une motion de censure de gauche, et devinez ce qu’ont fait nos députés LANDAIS ? Rien, pas un n’a porté sa signature pour cette motion.
Mais que font-ils ?
Nous avons longtemps pensé que cette chère DELAUNAY, et ces chers EMMANUELI et DUFAU, faisaient parti de ces élus DEBOUTS face aux injustices sociales, force est de constater que nous avions fait une belle erreur, ils sont comme les autres, bien assis dans leur fauteuil douillet, sous les dorures du palais.
Si nous communistes, avons les yeux bien ouverts, nous peuple de la véritable gauche, nous qui nous battons pour l’humain d’abord, contre les dérives droitières de cette majorité qui n’a plus rien à voir avec le socialisme, eux ont bien les yeux fermés et les oreilles bouchées.
Mais attention, viendra le temps où il faudra rendre compte devant le peuple, ce temps est proche…. 2017 sera l’année des sanctions populaires et les grands discours de circonstance ne marcheront plus.
Pour méditer : « beaucoup d’hommes naissent aveugles, et, ils ne s’en aperçoivent que le jour où une vérité leur crève les yeux « Jean COCTEAU écrivain 1889/1963
Section PCF côte d’argent

Posté par pcf40cotedargent à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2016

La section PCF de la côte d’Argent  réunie ce jour, dénonce fermement le nouveau déni de démocratie que constitue le recours à l’Article 49-3 au sujet du projet de loi dit « Travail ».

 

Ce nouvel aveu de faiblesse du Gouvernement prive le Parlement du débat suscité par les mesures régressives sans précédent portées par ce projet qui est dénoncé par nous et notre fédération et rejeté par une grande majorité des organisations syndicales et par une large majorité des Français.

 

La section PCF de la côte d’Argent  maintient son exigence de retrait de ce projet de loi rétrograde et demande la mise en œuvre de ses propositions, pour un Code du Travail du 21ème siècle.

 

Elle appelle tous les travailleuses,  travailleurs, demandeurs d’emplois, laissés pour compte, retraité(e)s, étudiants et lycéens  a se  mobiliser massivement autour de ces revendications pour les prochaines semaines.

Dictature  ou démocratie ?

A vous de juger et d’agir !

 

La section PCF de la côte d’Argent.  

Posté par pcf40cotedargent à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2016

Gascogne Papier Mimizan (40) : des amiantés obligés de rembourser la moitié des indemnités
source sud ouest
Le collectif des anciens de l’usine Gascogne est « atterré »
 
Le président du collectif mimizannais des amiantés de Gascogne a manqué de s'étouffer en découvrant les conclusions d'un délibéré de la cour d'appel de Pau en date du 31 mars. Le jugement commençait bien, puisqu'il confirmait que la papeterie était reconnue coupable de faute inexcusable dans tous les dossiers. Problème de taille en seconde partie de document : les préjudices reconnus à neuf victimes en première instance ont été réduits de moitié…
 
« Consternés »
« Le Collectif des amiantés du secteur de Mimizan s'indigne et est abasourdi par les conclusions de la cour d'appel. Tout en sachant qu'une décision de justice n'est pas contestable sur le fond, nous ne pouvons que regretter ce que nous découvrons », réagit le président Pierre Martinez.
 
« Comment des personnes empoisonnées par l'amiante peuvent-elles être considérées comme coupables d'avoir touché trop d'indemnités liées à leurs souffrances ? », demande l'actif combattant mimizannais, lui-même reconnu victime de l'amiante.
« Nous sommes consternés et atterrés à la lecture de ces jugements. Nous ne resterons pas les bras croisés », promet en tout cas le collectif.

Posté par pcf40cotedargent à 17:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 mars 2016

Mairie de St Julien en Born, siège de la Banque, Autorités Préfectorales: Rétablissement URGENT d'un distributeur DAB à St Julien en Born

Cette pétition doit être validée par la Communauté Avaaz avant publication
Mairie de St Julien en Born, siège de la Banque, Autorités Préfectorales: Rétablissement URGENT d'un distributeur DAB à St Julien en Born
100
25

25 signatures. Atteignons 100

Pourquoi c'est important

Le seul distributeur de billets de banque que nous avions à Saint Julien en Born (LANDES ), installé au Carrefour Contact, a été supprimé le 18 mars, sur décision de la Caisse d’Épargne.

Motif invoqué : manque de sécurité, pour la société de transport de fonds. En réalité, c'est l'investissement pour un aménagement sensé répondre au décret de 2014 sur la sécurité des DAB qui pose problème. 
Personne ne veut investir!
C'est pour la même raison que La Banque Postale, pourtant au cœur du village ne propose pas de 
distributeur. 

La commune de Saint Julien en Born, qui hors saison compte environ 1600 habitants, voit sa population passer à plus de 12 000 habitants en période estivale. 

Comment vont faire maintenant les usagers pour retirer un peu d’argent ? Ils devront aller 
ailleurs, et donc feront leurs achats aussi dans les commerces où se trouve le distributeur.

Bonjour les dégâts pour nos commerçants et pour les personnes qui peuvent difficilement se déplacer.

Une pétition dans les commerces du village,  pour réclamer sa réouverture a été lancée et a récolté plus de 500 signatures en trois jours.

Merci de votre soutien pour nous, habitantes et habitants, pour nos commerçants, leurs salariés, sans oublier les touristes qui viennent sur notre commune.

La pétition sera remise en mairie, adressée au siège de la banque, ainsi qu’aux autorités préfectorales. 

Plus d’infos 
Michel VERDIER: 06 73 53 47 14
Monsieur Verdier représente un regroupement citoyen des habitants et commerçants de la commune de Saint Julien en Born.
SIGNEZ LA PÉTITION
Rétablissement URGENT d'un distributeur DAB à St Julien en Born
 

Posté par pcf40cotedargent à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

0408_001.jpg

Posté par pcf40cotedargent à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2016

Loi travail : ce qui part, ce qui change et ... tout ce qui reste #loitravailnonmerci

Caroline DE HAAS
Paris, France

19 mars 2016 — Bonjour,

Suite aux annonces de Manuel Valls, le site http://loitravail.lol a été mis à jour.

Nous vous proposons de partager un visuel qui résume les mesures supprimées, celles modifiées et surtout, toutes celles qui restent. Retrouvez et partagez le visuel sur Twitter (https://lc.cx/4mLx) et sur Facebook (https://lc.cx/4mLN).

Ce nouveau projet de loi ne change pas le déséquilibre ni la philosophie du projet. Interpellez Manuel Valls pour lui demander le retrait du texte sur Twitter (https://lc.cx/4mLg) et sur Facebook (https://lc.cx/4mLM).

Des rassemblements et des manifestations sont prévus les 24 et 31 mars. Pour être tenu-e-s informé-e-s des lieux de RDV, abonnez-vous à #LaQuotidienne (http://eepurl.com/bR-3S9).

La Lettre d'info #LaQuotidienne vous propose également chaque jour des infos (textes, émissions, articles) sur le projet de loi, la mobilisation et des actions (Inscription ici http://eepurl.com/bR-3S9). Vous pourrez vous désinscrire d'un simple clic.

N’hésitez pas à nous écrire si vous avez des remarques, suggestions, critiques ou conseils : caroline@loitravail.lol

A bientôt !

Caroline De Haas

NB : retrouvez la deuxième version du projet de loi ici https://lc.cx/4mbr (merci à l'UGICT-CGT qui l'a mise en ligne)

Loi Travail : non, merci !
Le projet de loi travail de Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière. Pour nous, c'est non merci ! Participez à la mobilisation #loitravailnonmerci
HTTP://LOITRAVAIL.LOL

Posté par pcf40cotedargent à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2016

Mimizan (40) : des enquêteurs chez Gascogne Papier

Le site de Gascogne Papier, à Mimizan.Le site de Gascogne Papier, à Mimizan. © 

ARCHIVES NICOLAS LE LIÈVRE

La Commission européenne soupçonnerait l’entreprise d’entente illicite sur les prix de vente du papier kraft

Depuis mardi, des enquêteurs de la Commission européenne sont dans les locaux de la société Gascogne Papier, à Mimizan, pour y effectuer des contrôles dans le cadre d'une enquête qui porterait sur une entente illicite sur les prix. Selon une source proche du dossier, les soupçons concerneraient « le prix de vente du papier kraft blanchi et non blanchi et des sacs en papier kraft blanchi et non blanchi ».

Difficile, à ce stade de la procédure enclenchée par la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne, de savoir ce qui serait reproché à la société Gascogne Papier, « leader mondial historique du papier kraft naturel frictionné ». Son directeur Olivier Tassel, joint très rapidement par téléphone jeudi soir, n'a pas été en mesure de rappeler « Sud Ouest » pour lui apporter ces précisions.

« Pas besoin de ça »

Qu'est-ce qu'une entente illicite ? « Une entreprise peut fausser la concurrence en coopérant avec ses concurrents en vue de fixer les prix ou de se partager le marché, de façon à ce que chacun puisse exercer un monopole sur sa part du marché », précise la Commission européenne.

« Ces accords anticoncurrentiels peuvent être connus ou secrets (comme les cartels, appelés aussi « ententes »). Parfois écrits - sous la forme d'un « accord entre entreprises » ou dans le cadre de règles fixées par des associations professionnelles -, ces accords peuvent aussi relever d'arrangements moins formels », détaille encore la Commission européenne.

« Des enquêteurs ne restent pas trois jours dans des locaux pour rien. C'est inquiétant. L'entreprise est en pleine restructuration. On n'a vraiment pas besoin de ça », a réagi, hier soir, un salarié de l'entreprise quelque peu dépité.

Il y a un peu plus de dix ans, le 30 novembre 2005, la Commission européenne avait infligé une amende de 290,71 millions d'euros à un groupe de fabricants européens de sacs en plastique industriels pour entente illicite. Les sociétés Gascogne SA et Gascogne Sack Deutschland avaient écopé d'une amende 13,2 millions d'euros.

Revenu dans le vert

Après confirmation de l'amende par le tribunal de première instance des Communautés européennes en novembre 2011, les sociétés avaient intenté un pourvoi devant la Cour de justice de l'Union européenne pour obtenir l'annulation de l'arrêt du tribunal et, en cas de confirmation, la baisse du montant de la sanction.

En février 2013, la Cour de justice de l'Union européenne a débouté Gascogne SA et Gascogne Sack Deutschland de leurs demandes et a confirmé la condamnation définitive du groupe. L'amende de 13,2 millions d'euros, majorée de 3, 6 millions d'euros d'intérêts, est alors devenue exigible. Dans son « Document de référence 2013 », le groupe précisait que l'amende majorée des intérêts, « couverte par une caution bancaire qui a été appelée, a conduit à une hausse de 10,5 millions d'euros de l'endettement net ».

Rappelons qu'en 2013, Gascogne était au bord du dépôt de bilan. En 2014, l'entreprise avait restructuré son capital et sa dette, avec l'objectif affiché de devenir « un groupe industriel pérenne et performant ». Au premier trimestre 2015, Gascogne est d'ailleurs revenu dans le vert, en renouant avec les bénéfices.

Posté par pcf40cotedargent à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2016

PROSPÉRİTE POUR LES FİNANCİERS !

AUSTÉRİTE POUR LES RETRAİTÉS !

ÇA SUFFİT !

Jeudi 10 mars 2016

RASSEMBLEMENT

 A Mt de Marsan

R.D.V  à 15h devant la Préfecture

Posté par pcf40cotedargent à 13:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2016

 

 Là-bas si j'y suis 
 

09 mars, grève générale contre la loi travail

 
Suivez nous sur Twitter | Facebook  
© Là-bas si j’y suis — 2016
 

 

Posté par pcf40cotedargent à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2016

http://www.humanite.fr/sites/default/files/cassecodetravaidocumenhumanite.pdf

Posté par pcf40cotedargent à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]